Une Cité : Un circuit patrimonial et architectural pour la découvrir.

Maulévrier : Son histoire, son origine...

Mais d'où vient l'origine du nom "Maulévrier" ?

Toute commune, tout lieu-dit a une signification. Et si Les communes de MAULÉON et de MALLIÈVRE étaient liées historiquement à MAULÉVRIER ?
Ci-dessous, à télécharger, une possible explication du nom MAULÉVRIER.

MAULÉVRIER, une "CITÉ" à découvrir...
Outre le Parc Oriental de Maulévrier, d'autres lieux font et ont tenu une place importante dans l'histoire de cette ville. Et ce, à différentes époques.
Un circuit historique et architectural est proposé en complément des deux sites Parc Oriental et Potager du château colbert

ESPACE CULTUREL FOULQUES-NERRA
Tyrannique, cruel et fascinant personnage, intrépide conquérant, Foulques Nerra Comte d'Anjou repousse les frontières de sa province et fait édifier un fort sur ce site : premier tiers du XIe siècle. Cet escarpement "chapeux" et granitique, aux marches ouest sud-ouest de son comté, domine la Moine et son étang, et surplombe la voie antique reliant Nantes à Poitiers. C'est à l'un de ses féaux, "Aimery de Maloléporario", que Foulques Nerra confie la garde de cette place forte vers 1020. Aimery de Maloléporario, premier Seigneur fieffé connu du nom, donnera ainsi naissance à la cité médiévale qui deviendra au fil des ans : "MAULÉVRIER".

foulquesnerra.jpg

LE CHÂTEAU COLBERT
Édifié en 1680 par le comte Edouard-François Colbert de Maulévrier, Lieutenant Général des Armées du Roy. "Un des plus vaillants soldats de Louis XIV", quarante-quatre ans au service de sa Majesté, injustement privé du bâton de Maréchal de France. Huit descendants de Edouard-François Colbert se succèderont en ces lieux, avant le rachat du château en 1895 par Eugène Bergère, qui le réhabilitera sous la direction du grand architecte international Alexandre Marcel. Auteur de nombreuses œuvres d'art en France et dans le monde, Alexandre Marcel sera à l'initiative des nouveaux jardins du château et du "Jardin Japonais", dit "Parc Oriental" de Maulévrier (1900), c'est également lui qui installera les deux sphinx dans la cour d'honneur (1901).

PLACE DU MARCHÉ
C'est dans l'environnement de cette place que s'élèvaient à la fin du XIVe siècle, les principaux logis de la cité médiévale. Cheminées, escalier en vis, autres pierres de taille et soutterrains subsistent encore de cette époque. A la fin du XVe siècle, en haut de cette place, se trouvaient l'ancien Palais de justice et sa prison, où sénéchaux et hommes de loi de la baronnie puis du comté, se rendaient. Au début du XVIIIe siècle, furent édifiées des halles, en fortes charpentes de chêne, donnant lieu à des rassemblements, principalement lors des foires de la paroisse. 

CHEMIN DES SOUPIRS
Ce chemin conduisant au manoir de l'Houmois situé à un quart de lieue d'ici, était emprunté par Jacques de Montbron, sénéchal d'Angoulême et seigneur de Maulévrier, à l'extrême fin du XIVe siècle. Jacques de Montbron, propriétaire de ce manoir y abritait une jeune femme et leurs trois enfants adultérins. "Damoiselle Yolande Escoubleau de Sourdis, fille de l'illustre et puissante famille de ce nom, avait cédé à un moment de passion. Chassée honteusement par les siens, elle vint, pauvre oiseau blessé, se blottir au milieu des taillis épais du manoir de l'Houmois près du château de son séducteur." Ce routin, semé de larmes des deux amants, prit le nom de "Chemin des Soupirs". 

VIADUC DE MAULÉVRIER
A l'extrémité du chemin des Soupirs, à 900 pas d'ici, s'élève une impressionnante élégante oeuvre d'art : Le viaduc de Maulévrier, anciennne voie ferrée (Angers-Cholet-Niort).

LOGIS DE LA CROIX (XVIIe siècle)
Édifié en 1683 par Nicolas Roquet, sénéchal du comté de Maulévrier. Incendié par les colonnes infernales (1794), il fût réhabilité à la pacification et acquis vers 1810 par Louis Etienne Baguenier-Desormaux, chirurgien Major des armées catholiques et royales.

CHAPELLE NOTRE-DAME DE TOUTES AIDES
Une première chapelle fut bâtie à cet endroit en 1647, sous le vocable de "Notre-Dame de Pitié". Agrandie en 1744, elle fut rasée en 1874 pour laisser place à ce nouvel édifice, dont l'ensemble architectural est un rappel du style "gothique rayonnant" usité au XIIIe siècle.

MANOIR DE L'OUGERIE (XVIIIe siècle)
Manoir bâti en 1743 par Nicolas Rocquet, procureur fiscal du comté de Maulévrier. Incendié pendant les guerres de Vendée. Marie-Anne COSSIN de Belletouche en hérita et plus tard y fonda une école pour les filles pauvres. En 1849, elle fit don de sa propriété à la commune afin qu'y soit fondé un hôpital réservé aux habitants de Maulévrier. Cet établissement devint hôpital-hospice jusqu'en 1956. Il est devenu maison de retraite publique le 11 décembre 1958. La Chapelle, bâtie en 1862, abrite le tombeau de la fondatrice.

LOGIS BODI (XVIIIe siècle)
Construit entre 1740 et 1750 par Pierre Bodi, notaire et avocat. Incendié par les colonnes infernales, ce logis fût réhabilité en 1818 par René-François Bodi, notaire Royal successeur de son père et chef du comité local résistant durant les guerres de Vendée. Propriété ensuite de Louise de la Rochejaquelin, soeur du généralissime de l'Armée Catholique et Royale Henri de la Rochejaquelin, elle est depuis 1847 le bien de la famille Foyer.


La suite du circuit est à télécharger ci-dessous

Dépliant du circuit du Patrimoine à télécharger